Saturday 23 March 2019
Accueil / News / Infos Clubs / Règles du Dojo
Règles Du Dojo

Règles du Dojo

Règles d’utilisation du dojo

 

Règle n° 1 : LE RESPECT

– un maître-mot qui doit résumer l’éthique de tout pratiquant-

Premièrement : Respect du lieu – le Dojo

Un Dojo est plus qu’une simple salle d’entrainement, c’est un lieu de perfectionnement, un espace commun pour apprendre, progresser, échanger et transmettre. C’est pourquoi, cet espace doit être un peu « sacralisé », en tout cas respecté pour l’énergie qui y est dépensé, et celle qui nous est renvoyé.

La tradition veut que l’on salue en s’inclinant en entrant et en sortant du Dojo, et ce à chaque fois que l’on entre ou que l’on sorte. Pénétrer dans un Dojo est un acte d’humilité et de confiance. On doit laisser au vestiaire ses problèmes personnels et ses différences sociales. Du professeur à l’élève, nous sommes tous là pour apprendre des uns des autres. L’entretien du Dojo relève de la responsabilité collective des pratiquants. C’est pourquoi il est d’usage que les sols soient nettoyés régulièrement avant, ou surtout après, les séances d’entrainement par les participants.

 

Deuxièmement : Respect des autres

Dans un Dojo, les autres pratiquants ne sont pas des adversaires, mais des partenaires l’entrainement. Toutes les notions d’agressivité ou de rivalité malsaine doivent être abolies. C’est pourquoi, on salue le partenaire au début et à la fin de chaque exercice à deux. Le salut vers l’autre signifie à la fois que l’on respecte son partenaire dans ses différences (de niveau, de force, de gabarit…), et que l’on le remercie par avance de sa patience, de ses efforts, de ses conseils, au bénéfice de notre progression.

 

Tout art martial comporte des techniques dangereuses qui peuvent lésées et blessées gravement autrui. C’est pourquoi, à l’entrainement, il est indispensable de porter une attention de tous les instants à l’intégrité physique de l’autre. Pour une protection la plus absolue possible, il convient de canaliser sa violence, et son égo. On n’utilise pas son niveau technique, sa force physique ou son ascendant pour s’imposer face à un partenaire plus faible ou moins expérimenté ; on y perdrait la confiance et son honneur.

 

Les parents peuvent assister aux dix premières minutes de l’entraînement de leurs enfants et aux dix dernières afin de ne pas interférer avec la leçon et le comportement de leurs enfants.

 

Troisièmement : Respect de soi

Respecter l’autre, c’est transférer vers l’autre la propre estime de soi-même, c’est donc se respecter soi-même. C’est aussi faire preuve de quelques vertus nécessaire à l’apprentissage :

  • l’humilité (modestie devant l’ampleur de la tâche et acceptation de remise en cause personnelle fréquente),
  • la sincérité (dans son engagement comme dans son entrainement),
  • le courage (pour venir au Dojo le soir avec régularité),
  • la patience (le cheminement est long et les résultats jamais immédiats).

 

Quatrièmement : Respect de l’expérience – les instructeurs

Le professeur est avant tout un enseignant, celui qui va transmettre son savoir, son expérience. C’est celui qui a fait le chemin avant vous et qui vous guidera dans votre progression. Cette démarche mérite en elle-même le respect. La confiance que l’on met dans son professeur se traduit traditionnellement par une certaine déférence envers le professeur, qui en retour saura respecter ses élèves, et saura également faire preuve de bienveillance et de droiture.

Cette confiance doit permettre au pratiquant de suivre les instructions à la lettre, d’écouter et de tenir compte des conseils prodigués, et éventuellement d’accepter les rappels à l’ordre. Ce respect de l’expérience, c’est également au sens large, marquer des signes de respects aux moniteurs, les plus anciens dans la pratique, que ce soit en grade ou en âge.

 

Règle n°2 : LA DISCIPLINE

Bien que la discipline soit un élément central dans, par exemple dans l’enseignement au Japon et dans l’éducation japonaise, il n’est pas question de reproduire chez nous à l’identique ces méthodes quasi militaires et éloignées de notre culture. Toutefois, une certaine forme de discipline, au sens de rigueur, est nécessaire dans toute communauté, et au Dojo elle est indispensable pour harmoniser la vie du groupe de pratiquants, et surtout pour assurer la sécurité de tous.

 

C’est pourquoi chacun doit s’engager à respecter les consignes données par l’enseignant, à faire preuve de ponctualité, et à renoncer à tout comportement qui perturberait le cours ou les autres pratiquants.

 

Règle n°3 : L’HYGIENE

Comme la discipline, l’hygiène et la propreté sont des règles de vie incontournable en communauté. Au Dojo elle se traduit par les éléments suivants :

  • La tenue d’entrainement doit être soignée et régulièrement lavée
  • On pénètre dans le Dojo pieds nus, donc pieds propres
  • Les cheveux longs doivent être attachés
  • Pour éviter les blessures, les ongles doivent être courts, et tous les bijoux (montres, bracelets, colliers, bagues) doivent être retirés pour l’entrainement
  • Une serviette ou un linge doit être déposé sur le sol si on effectue un exercice au sol (p.ex. appuis faciaux, abdominaux)
  • Aucune nourriture ou boisson ne doit être déposée sur le tatami. Nourriture et boissons restent au vestiaire.

Règle n°4 : UN LIEU DE VIE

Le Dojo est un lieu d’apprentissage mais également un lieu de vie. Le Dojo doit être aussi l’occasion de tisser des liens entre pratiquants empruntant la même voie, celle de l’art martial. L’état d’esprit doit être ouvert vers l’autre, accueillant pour les nouveaux, amical avec les partenaires. Il appartient donc à chacun de faire du Dojo un lieu de convivialité et de solidarité.

Règles Du Dojo

 

Règles du Dojo

 

Voir aussi

Deux combattants du Yamabushi à l’affiche d’un gala de prestige en Suède!

Le 19 avril 2019 aura lieu la 2 ème édition de la Fight Night de …